01. Le mois hébraïque

Le Saint béni soit-Il a créé des corps lumineux, le soleil, la lune, et les a placés dans la voûte céleste. C’est d’après ces corps célestes que sont fixées les lois de l’écoulement des temps. Le jour, c’est le soleil qui éclaire la terre, et la lune la nuit. L’année est fixée suivant la révolution solaire, le mois suivant le cycle lunaire ; comme il est écrit : « Dieu dit : “Que des corps lumineux apparaissent dans l’étendue des cieux, pour distinguer entre le jour et la nuit ; ils serviront de signes pour les saisons, pour les jours et les années” (Gn 1, 14).

Chaque mois, la lune fait un tour complet autour de la terre. Ce cycle peut être observé par l’évolution de la forme de la lune. Au début du mois, elle nous apparaît très petite, comme une fine ligne, puis elle va en grandissant jusqu’au milieu du mois : alors, elle apparaît dans sa plénitude, un disque complet. Dans la seconde moitié du mois, elle va en décroissant, jusqu’à disparaître entièrement à notre regard, à la fin du mois, pour environ vingt-quatre heures. Après cela, elle réapparaît comme une fine ligne, ce qui constitue le signe du début du mois nouveau.

La révolution complète de la lune dure vingt-neuf jours et demi, plus environ trois quarts d’heure[1]. Et puisque le cycle lunaire ne concorde pas avec celui des journées, mais équivaut à vingt-neuf jours et demi, il arrive que le mois hébraïque dure vingt-neuf jours, et d’autres fois trente jours. Lorsque le mois dure vingt-neuf jours, il est appelé mois défectif (‘hodech ‘hasser) ; lorsqu’il dure trente jours, il est appelé mois plein (‘hodech malé).

La fixation des mois est dotée d’une importance capitale, car toutes nos fêtes, établies à date fixe à l’intérieur du mois, en dépendent : la fête de Pessa’h a lieu le 15 nissan, Kipour le 10 tichri, Soukot le 15 tichri… La fixation des mois importe tant que la Torah a permis aux témoins ayant observé la croissance de la lune de profaner le Chabbat afin de se rendre à Jérusalem, pour témoigner de cela devant le beit-din[a] (Maïmonide, Qidouch ha’hodech 3, 2). Sur la base de leur témoignage, le beit-din proclamait le mois ; après quoi, des émissaires étaient dépêchés par le beit-din pour faire connaître à tout Israël à quel moment le nouveau mois avait été fixé.


[1]. La durée exacte du cycle lunaire est de vingt-neuf jours, douze heures, et sept cent quatre-vingt-treize sur mille quatre-vingt parts horaires (793/1080 h). La partition de l’heure en mille quatre-vingt parts est destinée à faciliter l’évaluation de comptes complexes. Tout cela est expliqué par Maïmonide, Qidouch ha’hodech 6, 1-3.

 

[a]. Tribunal rabbinique.