07 – L’ordre de priorités

https://ph.yhb.org.il/fr/02-04-07/

Autrefois, en Allemagne et dans les pays d’Europe de l’Est, on avait l’usage de confier la récitation du Qaddich à un seul fidèle ; aussi, lorsqu’il se trouvait plusieurs endeuillés devant dire le Qaddich, il fallait déterminer l’ordre des priorités qui les départagerait. Cependant, de nos jours, l’usage de la plupart des Ashkénazes et de tous les Sépharades veut que tous ceux qui doivent réciter le Qaddich le récitent ensemble. Même s’il devait en résulter que toute l’assemblée dirait en chœur le Qaddich et qu’il ne resterait personne pour répondre amen, cela n’invaliderait pas le Qaddich ; simplement, il est bon, a priori, qu’il se trouve deux personnes qui répondent amen (Kaf Ha’haïm 55, 31). Lorsque deux personnes ou davantage disent le Qaddich, ils doivent s’efforcer de le prononcer ensemble, mot à mot ; à cette fin, il est bon que tous ceux qui le récitent se tiennent côte à côte. Si la synagogue est grande, et qu’il est difficile aux endeuillés de se rassembler en un seul endroit, on admet que dans chaque secteur de la synagogue un fidèle dise le Qaddich ; les fidèles qui l’entourent répondent alors amen à sa suite.

Lorsque deux endeuillés savent conduire l’office et sont l’un et l’autre agréés par les fidèles, il faut suivre l’ordre de priorités. En voici le principe : l’endeuillé qui se trouve dans les sept jours qui suivent le décès de son parent a priorité sur celui qui se trouve dans les trente jours. Celui qui se trouve dans les trente jours a priorité sur celui qui se trouve dans l’année de deuil. Le jour du jahrzeit a même rang que les trente jours de deuil. Si deux endeuillés de même rang se trouvent présents, on distribue entre eux les offices. On peut aussi partager entre eux l’office de Cha’harit : l’un dira la partie principale de la prière jusqu’aux Ta’hanounim (Supplications, voir chap. 21), l’autre prendra la suite, du second Achré (Ps 145) jusqu’à la fin de la prière ; et le lendemain, ils intervertiront (Béour Halakha 132, Maamar Qaddichin).

Ce contenu a été publié dans Chapitre 04 – L’officiant et le Qaddich des endeuillés. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.