08. Règles applicables à l’issue de Chabbat

https://ph.yhb.org.il/fr/01-26-08/

Il est permis d’écouter les informations présentées par des Juifs, le samedi soir, une demi-heure environ après l’issue de Chabbat, afin de laisser s’écouler le temps nécessaire afin que les rédacteurs du journal radiophonique ou télévisé puissent rassembler les informations et rédiger leur journal. Mais si l’on écoutait les nouvelles auparavant, on enfreindrait l’interdit de tirer profit du travail de Chabbat. Quant aux autres programmes, il est permis de les écouter après l’écoulement d’environ un quart d’heure depuis l’issue de Chabbat, car il est possible d’organiser l’émission dans ce délai. Même quand les techniciens et les présentateurs viennent d’un lieu éloigné, d’où ils ont voyagé pendant Chabbat, il n’est pas interdit aux auditeurs d’écouter l’émission, puisque cet éloignement ne leur est pas spécialement nécessaire ni profitable.

Quand on est en Israël, il est interdit d’écouter une émission animée par des Juifs d’Amérique, à l’issue de Chabbat. En effet, le Chabbat ne se termine en Amérique que sept à dix heures après son achèvement en Israël, de sorte que l’auditeur d’émissions diffusées pendant ce laps de temps profiterait d’une profanation de Chabbat. S’il s’agit d’une émission animée par des Juifs d’Europe de l’Ouest, il sera interdit de l’écouter durant deux heures environ après l’issue de Chabbat en Israël. Si les animateurs sont non-Juifs, il sera permis d’écouter immédiatement à l’issue du Chabbat en Israël[g].

Il est permis de voyager en autobus une demi-heure environ après l’expiration du Chabbat, car c’est le temps nécessaire au conducteur pour arriver à la station sans profaner celui-ci. Si l’autobus suit un long itinéraire, de telle façon qu’il est certain que le trajet a commencé en profanation du Chabbat, certains décisionnaires interdisent de le prendre (Min’hat Yits’haq IX 39, Or’hot Chabbat 25, 62). D’autres le permettent (Michné Halakhot 7, 50). D’après de nombreux auteurs, si l’on s’en tient à la stricte règle, il n’y a pas d’interdit, car celui qui monte dans un autobus une demi-heure environ après l’issue de Chabbat ne profite pas de ce que l’autobus ait roulé pendant Chabbat. Pourtant, il convient d’être rigoureux afin de contribuer à ce que soit mis un terme à cette transgression (Tsits Eliézer XIII 48, Chemirat Chabbat Kehilkhata 59, 9, Yalqout Yossef 318, 76).


[g]. L’auteur, rabbin israélien, se place du point de vue d’Israël. Si l’on habite en Europe, le même genre de calcul est à faire pour les émissions diffusées depuis l’Amérique par des Juifs.

Ce contenu a été publié dans Chapitre 26 - Travail exécuté pendant Chabbat et interdit d’induire son prochain à la faute. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.