01. Yom hakipourim, le jour des expiations

Dans son grand amour pour son peuple Israël, le Saint béni soit-Il nous a fait sortir d’Égypte, a contracté une alliance éternelle avec nous, et a désigné un jour particulier dans l’année, jour qu’il a sanctifié à notre intention, afin que nos fautes y soient expiées, ainsi qu’il est dit : « Car en ce jour, il sera fait expiation pour vous, afin de vous purifier de toutes vos fautes ; devant l’Éternel, vous vous purifierez » (Lv 16, 30). Cette pureté (tahara) et cette expiation (kapara) viennent de Dieu ; si tel n’était pas le cas, et dans le cas même où l’homme regretterait ses actes, il ne pourrait corriger ses voies que pour l’avenir, tandis qu’il lui serait impossible d’annuler ses mauvaises actions passées. L’Éternel, dans sa grande miséricorde et toute sa bonté nous a donc prescrit le jour des expiations, Yom hakipourim[a], et la mitsva de la téchouva (littéralement le retour, le repentir), par lesquels l’homme peut effacer ses manquements, ses fautes et ses péchés. C’est à ce propos que Rabbi Aqiba déclare :

Heureux êtes-vous, enfants d’Israël ! Car devant qui vous purifiez-vous, et qui vous purifie ? Votre Père qui est au ciel, comme il est dit : « Je répandrai sur vous des eaux pures, et vous serez purifiés » (Ez 36, 25). Et il est dit : « L’espoir [miqvé, mot désignant aussi la source d’eau vive, le bain rituel] d’Israël est Dieu » (Jr 17, 13) ; de même que le miqvé purifie les impurs, de même le Saint béni soit-Il purifie-t-il Israël (Yoma 85b).

Toute l’année, Israël est placé sous des cloisons qui cachent la lumière divine et empêchent celle-ci de se révéler dans le monde. Mais le jour de Kipour, les portes du Ciel s’ouvrent, et un faisceau de lumière divine est projeté vers la racine des âmes israélites, les purifiant. Les âmes s’élèvent alors, s’immergent dans la lumière divine, sont purifiées et expiées de la salissure des fautes.

Puisque le fondement de l’expiation provient de Dieu Lui-même, conformément à sa volonté, le jour de Kipour, même lorsque les Juifs ne font pas téchouva, révèle le bon côté qui se trouve en leur for intérieur. Grâce à cela, la racine de leurs âmes est nettoyée. Mais du fait que les fautes demeurent encore, des épreuves sont nécessaires afin d’en annuler l’influence. C’est le but des épreuves en ce monde et dans le monde futur. Plus les Juifs regrettent leurs fautes et reviennent à Dieu, plus l’action du Yom hakipourim s’étend, purifiant aussi les ramifications de la faute, au point qu’il n’est plus besoin d’épreuves.

Pour cela, nous prions :

Tu nous as donné, Éternel notre Dieu, par amour, ce Yom hakipourim pour le pardon, l’absolution et l’expiation, afin de pardonner en ce jour toutes nos fautes ; convocation sainte (miqra qodech), souvenir de la sortie d’Égypte (…). Notre Dieu et Dieu de nos pères, pardonne nos méfaits en ce jour de Kipour, efface et fais disparaître nos péchés et nos fautes de devant tes yeux, comme il est dit : « C’est Moi, Moi qui efface tes péchés en ma faveur, et tes fautes, Je n’en aurai plus souvenance » (Is 43, 25). Et il est dit : « J’ai dissipé comme un brouillard tes péchés et comme un nuage tes fautes ; reviens à Moi, car Je te délivre » (ibid. 44, 22). Et il est dit : « Car en ce jour, il sera fait expiation pour vous, afin de vous purifier de toutes vos fautes ; devant l’Éternel, vous vous purifierez ». Sanctifie-nous par tes commandements et donne-nous part à ta Torah ; rassasie-nous de ta bonté et réjouis notre âme par ton secours ; et purifie nos cœurs, afin que nous te servions en vérité ; car Tu pardonnes à Israël, absous les tribus de Yéchouroun en chaque génération, et en dehors de Toi, nous n’avons point de roi qui pardonne et absolve. Béni sois-Tu, Éternel, Roi qui pardonnes et absous nos fautes et les fautes de ton peuple, la maison d’Israël, et qui, chaque année, fais disparaître notre culpabilité ; Roi de toute la terre, qui sanctifies Israël et le jour des expiations » (bénédiction centrale de la ‘Amida de Yom Kipour).


[a]. Ce jour sera indifféremment appelé Yom hakipourim, Yom Kipour, ou Kipour.

Ce contenu a été publié dans Chapitre 06 - Le jour de Kipour. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.