10. Ouverture d’emballages de médicaments

https://ph.yhb.org.il/fr/01-28-10/

Lorsqu’il est permis d’utiliser un médicament et que celui-ci se trouve à l’intérieur d’un emballage fermé, qu’il soit de plastique, de papier ou de carton, il est permis de déchirer l’emballage pour en extraire le médicament. Les personnes rigoureuses déchirent le carton de manière que celui-ci ne puisse plus resservir à la conservation des médicaments qui s’y trouvaient (cf. ci-dessus, chap. 15 § 12). Il est bon d’avoir soin de ne pas déchirer les lettres qui sont sur l’emballage. A posteriori, quand il est impossible d’ouvrir l’emballage dans déchirer de lettres, il est permis de les déchirer, puisque l’intention n’est pas d’effacer les lettres, et que celles-ci s’effacent « sur le mode de la destruction » (dérekh qilqoul, comme nous l’avons vu au chap. 18 § 3).

Lorsqu’il est permis d’utiliser des pilules, lesquelles se trouvent dans une boîte de plastique fermée, on peut ouvrir le couvercle de la boîte en défaisant l’attache provisoire de plastique, qui relie le couvercle à la boîte. Cela n’est pas considéré comme la création d’un ustensile, car la boîte et le couvercle existaient déjà : ils ont simplement été joints par l’attache de plastique (cf. ci-dessus, chap. 15 § 13-14).

Ce contenu a été publié dans Chapitre 28 - Malades dont l’état n’est pas dangereux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.