11. Mesures médicales ; thermomètre

https://ph.yhb.org.il/fr/01-28-11/

    Lorsqu’il y a une nécessité médicale, il est permis de prendre la température au moyen d’un thermomètre ordinaire, avec une matière qui se dilate en fonction de la chaleur. De même, il est permis de mesurer la tension sanguine avec un instrument manuel, qui ne marche pas à l’électricité, ni sur pile. Certes, s’il n’y a pas de nécessité importante, il est interdit de faire des mesures le Chabbat, car c’est une activité profane (‘ovdin de’hol) ; mais pour les besoins d’une mitsva, ou pour un besoin médical, il est permis de mesurer (Choul’han ‘Aroukh 306, 7 ; 328, 43 ; cf. ci-dessus, chap. 22 § 6). De même, il est permis de secouer le thermomètre avant de prendre la température, afin de contracter le gallium qu’il contient (Chemirat Chabbat Kehilkhata 40, 2).

Certains auteurs, indulgents, permettent au malade d’utiliser un thermomètre à bande, sur lequel des lettres s’affichent en fonction de la température. Selon eux, ce n’est pas enfreindre l’interdit d’écrire, car les lettres étaient déjà imprimées dans la bande ; elles apparaissent simplement un bref instant, sous l’effet de la fièvre, puis disparaissent aussitôt après (Ye’havé Da’at IV 29). D’autres estiment qu’il s’agit d’un interdit rabbinique, car cela doit être assimilé à une écriture temporaire (Chemirat Chabbat Kehilkhata 40, 2). Puisque cette question est d’ordre rabbinique, on peut être indulgent en cas de nécessité (Tsits Eliézer XIV 30 ; cf. Har’havot sur chap. 18, 4, 4).

Les décisionnaires débattent quant au fait de savoir s’il est permis d’effectuer des examens médicaux entraînant l’apparition d’une couleur. Certains l’interdisent au titre de la mélakha de colorer (tsovéa’) ; d’autres le permettent, car on n’est pas intéressé à ce que la couleur se maintienne : la couleur sert seulement à connaître le résultat. A priori, il faut être rigoureux ; en cas de nécessité, on peut être indulgent, puisqu’il s’agit d’un cas de doute portant sur une norme rabbinique (cf. Chemirat Chabbat Kehilkhata 33, 20, et Har’havot).

Ce contenu a été publié dans Chapitre 28 - Malades dont l’état n’est pas dangereux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.