05. ‘Hamets contenu dans une poubelle

https://ph.yhb.org.il/fr/04-05-05/

Le matin du 14 nissan, l’une des questions qui se posent est de savoir quel est le statut du ‘hamets que l’on a jeté dans les poubelles. Faut-il également détruire ce ‘hamets-là ?

Si la poubelle appartient à un Juif, ou qu’elle se trouve dans la cour privée d’un Juif, il faut, a priori, verser de l’eau de Javel ou quelque autre produit dénaturant, jusqu’à ce que le ‘hamets ne soit plus consommable par un chien. En cas de nécessité, dans la mesure où le ‘hamets jeté à la poubelle est considéré comme dégoûtant, il ne sera pas nécessaire de l’abîmer davantage, car on le considère déjà comme « détruit » en raison du dégoût qu’il inspire.

Si la poubelle appartient à la municipalité, et qu’elle soit placée dans le domaine public, le particulier n’a pas besoin de détruire le ‘hamets qu’il y a jeté avant le moment de l’interdit. Quant à la municipalité, elle n’a pas non plus l’obligation de détruire ce ‘hamets, puisque, dès l’abord, elle n’a pas d’intérêt à en faire l’acquisition, et que tout le propos est de l’envoyer à la décharge[4].


[4]. Selon le Igrot Moché, Ora’h ‘Haïm III 57, en jetant du ‘hamets à la poubelle, on montre clairement son intention de l’abandonner ; mais si la poubelle est dans le domaine particulier du Juif, selon le Touré Zahav et le Maguen Avraham sur Choul’han ‘Aroukh 445, 3, on a l’obligation rabbinique de le détruire. En revanche, si la poubelle est dans le domaine public, on n’a aucune obligation de détruire le ‘hamets qu’on y a jeté. Le Bediqat ‘Hamets Ouvi’ouro 3, 45 ajoute que, si le ‘hamets est complètement souillé, au point qu’il n’y a aucune chance qu’un homme l’utilise pour quelque usage que ce soit, on doit considérer ce ‘hamets comme détruit. Le même ouvrage, dans sa note 130, propose encore cette idée novatrice : quand les sages disent que, tant que le ‘hamets est consommable par un chien, on le considère encore comme du ‘hamets et il faut le détruire, cela vaut dans le cas où ledit ‘hamets pourrait servir à la fermentation d’autres pâtes ; tandis que, s’il est souillé, et quoiqu’un chien pourrait le manger, il faut considérer ce ‘hamets comme nul, puisqu’il ne convient à aucun usage humain, et il n’est donc pas nécessaire de le détruire. (Cf. encore Pisqé Techouvot 445, 7, où d’autres opinions sont citées.)

Cependant, quand on met les ordures dans des sacs, comme on le fait de nos jours, il arrive que le ‘hamets ne se salisse pas ; par conséquent, quand la poubelle se trouve dans le domaine du particulier, il sera préférable, afin de de ne pas entrer dans un cas de doute, de ne pas y jeter de ‘hamets consommable par un chien, durant les jours qui précèdent Pessa’h.

Ce contenu a été publié dans Chapitre 05 - Annulation et destruction du ‘hamets. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.