05. Les six jours ouvrables et le Chabbat

https://ph.yhb.org.il/fr/01-01-05/

Les six jours ouvrables et le Chabbat sont liés. Car de même  qu’un homme est doté d’un corps et d’une âme, ainsi la semaine possède un corps et une âme. Les jours ouvrables sont le corps, le Chabbat est l’âme. Et de même que l’homme accompli est celui dont l’âme et le corps fonctionnent en harmonie, le corps recevant son influx spirituel de l’âme et laissant à celle-ci la possibilité de s’exprimer, ainsi la semaine accomplie est celle où le Chabbat et les jours travaillés sont liés : durant la semaine, on prépare tout ce qui est nécessaire au Chabbat et l’on met en œuvre les idées et valeurs mises au jour par le Chabbat ; tandis que, du sein du Chabbat, on puise des forces spirituelles pour toute la durée des jours ouvrables.

D’un côté, nous nous référons au Chabbat comme à la conclusion de la semaine car, tous les jours de la semaine, nous nous préparons au sommet que constitue le Chabbat, lequel donne sens aux actions accomplies durant les jours ouvrables, et les élève. Par un autre côté, le Chabbat est aussi la racine et le commencement de la semaine suivante : du Chabbat, nous puisons des forces spirituelles pour toute la semaine à venir, ce qui  nous permet de matérialiser, au sein du monde de l’action, les valeurs spirituelles que nous avons recueillies pendant Chabbat. Ainsi, la vie du Juif n’est pas une suite monolithique, qui marche vers sa propre désagrégation, perdant progressivement de sa hauteur, mais au contraire une élévation constante.

Lors de la Création du monde, six jours précédèrent le Chabbat, tandis que, pour Adam, le premier homme, qui fut créé le sixième jour, c’est le Chabbat qui précéda les six jours suivants. Telle est la source des deux points de vue que nous mentionnions (cf. Chabbat 69b).

Nous trouvons aussi, dans les paroles de nos sages, un regard supplémentaire sur le lien qui unit le Chabbat aux jours ouvrables : cette fois, le Chabbat se trouve au centre, entre les trois jours ouvrables qui le précèdent et les trois qui le suivent ; de sorte que le mercredi, le jeudi et le vendredi sont les jours qui précèdent le Chabbat, durant lesquels nous nous préparons à celui-ci ; tandis que le dimanche, le lundi et le mardi sont les jours qui suivent le Chabbat, et durant lesquels l’influence du Chabbat précédent se prolonge (Pessa’him 106a ; cf. ci-après chap. 2 § 10-11, chap. 5 § 9 et chap. 8 § 7).

Puisqu’il existe un lien entre le Chabbat et les jours travaillés, il est certain que, plus les actions que l’homme accomplit, durant la semaine travaillée, seront importantes, plus, nécessairement, il méritera de s’élever pendant le Chabbat, car celui-ci constitue l’intériorité de la semaine. Et plus on s’élève pendant le Chabbat, plus on pourra dispenser de signification et de sainteté aux jours profanes qui le suivent.

Le Maharal explique qu’il est fait allusion à l’idée sabbatique dans le nombre des jours de la semaine. Toute chose matérielle possède en effet six côtés : le haut, le bas, et quatre côtés correspondant aux quatre points cardinaux. Tandis que le chiffre 7 exprime  l’intériorité de la chose. Ainsi le monde matériel fut-il créé en six jours, tandis que, le septième jour, fut créé le Chabbat, qui en constitue l’intériorité sainte (Tiféret Israël, chap. 40).

Ce contenu a été publié dans Chapitre 01- Ouverture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.