02. Fixation d’un lieu de prière

C’est une obligation que d’assigner un lieu fixe à sa prière. Telle était la voie d’Abraham notre père, qui se fixa un lieu pour prier, comme il est dit (Gn 19, 27) : « Abraham se dirigea de bon matin vers le lieu où il s’était tenu devant l’Eternel », ce qui laisse entendre qu’il avait un lieu fixe où il se tenait devant l’Eternel. La fixité du lieu de prière est surtout importante pour la récitation de la ‘Amida (Ben Ich ‘Haï, Miqets 4).

La fixité d’un lieu de prière témoigne de ce que notre lien avec le Saint béni soit-Il est absolu : toutes les autres choses au monde peuvent changer, passer d’un endroit à un autre, mais la relation au Saint béni soit-Il est ce qu’il y a de plus constant et de plus stable ; aussi convient-il que cette relation se maintienne en un lieu fixe. Nos sages ont dit à ce sujet que toute personne qui fixe un endroit à sa prière, le Dieu d’Abraham lui vient en aide, et ses ennemis tombent devant lui (Berakhot 6b, 7b ; voir Maharal, Netiv Ha’avoda chap. 4).

Cette mitsva s’accomplit, pour les hommes, par la fixation d’une place régulière à la synagogue (Choul’han ‘Aroukh 90, 19). Pour les femmes, cela se traduit par la détermination d’une place fixe à la maison, où l’on s’efforcera de prier toujours. La femme dont la maison est souvent pleine de monde ou de jeunes enfants choisira pour lieu de sa prière un coin isolé, afin que les autres ne troublent pas sa concentration (cf. Choul’han ‘Aroukh, Ora’h ‘Haïm 90, 20).

Il faut prier en un lieu pourvu d’une fenêtre au moins ; a priori, il est bon que la fenêtre soit percée en direction de Jérusalem ; au moment où la kavana se dissipe, on portera son regard vers le ciel (Choul’han ‘Aroukh 90, 4 ; Michna Beroura 90, 8). Mais on ne fixera pas son lieu de prière près d’une fenêtre d’où l’on voit ce qui se passe dans la rue, car cela peut détourner l’esprit de la prière.

Si l’on se  trouve dans un endroit non pourvu de fenêtres, on priera dans une pièce éclairée, car certains auteurs expliquent que, s’il faut a priori prier dans un lieu doté de fenêtres, la raison essentielle en est que la lumière stabilise l’esprit du fidèle (élèves de Rabbénou Yona) ; aussi, un bon éclairage peut être considéré comme une alternative à la fenêtre.

Ce contenu a été publié dans Chapitre 11 – Lieu de la prière. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.