10 – Quelques règles concernant la mise du talith et des téphilines à l’approche de la prière du matin

https://ph.yhb.org.il/fr/02-12-10/

On s’enveloppe du talith avant d’attacher les téphilines, car le niveau de sainteté des téphilines est supérieur à celui des tsitsit, or il convient que l’homme s’élève de niveau en niveau dans les degrés de la sainteté (Choul’han ‘Aroukh 25, 1).

En plus de l’intention habituelle qu’il faut former en soi au moment d’accomplir toute mitsva – c’est-à-dire l’intention d’accomplir en cela le commandement de Dieu – nous apprenons dans la Torah que la mitsva des tsitsit est destinée à nous rappeler l’ensemble des commandements de Dieu, afin que nous les accomplissions, et que la mitsva des téphilines est destinée à assujettir notre cœur et notre esprit au service divin, et à nous rappeler l’unité divine ainsi que la sortie d’Egypte (Choul’han ‘Aroukh 8, 8 ; 25, 5). Ces intentions sont mentionnées dans les livres de prière, et bien qu’il ne soit pas obligatoire de les déclarer, il faut à tout le moins y penser.

Les observants les plus scrupuleux ont l’usage de s’envelopper du talith et d’attacher les téphilines chez eux, puis de se rendre ainsi parés à la synagogue (Choul’han ‘Aroukh 25, 2). Même si, de ce fait, on n’a pas le mérite de figurer parmi les dix premières personnes arrivées à l’office, il vaut mieux mettre ses téphilines chez soi et venir ainsi à la synagogue (cf. Michna Beroura 90, 47).

En raison de leur sainteté, il est interdit, aussi longtemps que l’on porte les téphilines, de perdre de vue qu’on les porte. Aussi faut-il palper les téphilines  à tout moment (Choul’han ‘Aroukh 28, 1)[g].


[g]. On les palpe de temps en temps, particulièrement dans des instants de transition entre les parties centrales de l’office (par exemple avant la lecture de la Torah).
Ce contenu a été publié dans Chapitre 12 – A l’approche de la prière de Cha’harit. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.