09. Manger et boire avant le Qidouch, le soir de Chabbat

Quand vient le temps de réaliser la mitsva de Zakhor, qui se pratique par le Qidouch, il nous est prescrit de nous hâter de l’accomplir. Et afin que nous ne négligions pas l’observance de ce commandement, nos sages ont interdit de manger ou de boire avant le Qidouch. Quand ce ne serait que boire de l’eau, cela serait aussi interdit. En revanche, il est permis de se rincer la bouche avec de l’eau, ou d’avaler un médicament (Choul’han ‘Aroukh 271, 4 ; Michna Beroura 13 ; Chemirat Chabbat kehilkhata 52, 3).

Le soir de Chabbat, cet interdit commence dès l’instant de l’entrée du saint jour. Aussi, quand une femme a reçu la sainteté du jour en allumant les bougies, il lui est interdit de boire ensuite, jusqu’à ce qu’elle accomplisse la mitsva du Qidouch. Une fille célibataire, qui n’allume pas de bougies, doit prendre sur elle l’obligation de tosséphet Chabbat[i] en déclarant : Bo-i kala, Chabbat hamalka (« Viens, fiancée, reine Chabbat »). Dès ce moment, il lui est interdit de manger ou de boire avant le Qidouch. De même, un homme, dès qu’il reçoit la sainteté du jour par l’effet de la tosséphet Chabbat, ne peut plus manger ni boire jusqu’à ce qu’il accomplisse la mitsva du Qidouch (Michna Beroura 271, 11 ; voir également Pniné Halakha, Chabbat I, chap. 6, 9).


[i]. Cf. note a.
Ce contenu a été publié dans Chapitre 22 - Prière et Qidouch de Chabbat. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.