02. Activités que les sages ont interdites avant la recherche

https://ph.yhb.org.il/fr/04-04-02/

Afin que rien ne soit susceptible de faire oublier l’obligation de la recherche du ‘hamets, nos sages ont décrété de ne point commencer de travail, ou de repas, une demi-heure avant le début du temps prescrit pour mener cette recherche. On craint en effet, si l’on commence un travail ou un repas, d’être entraîné à le poursuivre, et d’en venir à oublier la recherche du ‘hamets. En revanche, il est permis de faire une collation légère (dérekh ar’aï) de fruits ou de gâteaux. De même, il est permis de faire de petites tâches, qui ne prennent qu’un temps court.

Quand arrive le moment de la recherche elle-même, il ne convient plus de faire aucune tâche, ni de manger, même des fruits, et même de façon informelle. Il faut en effet se presser d’accomplir la mitsva de la recherche du ‘hamets en son temps (Béour Halakha 431).

Il faut même s’abstenir de commencer une étude de Torah, dès lors que sonne l’heure de la recherche du ‘hamets. Si l’on a commencé d’étudier avant l’heure de la recherche, certains enseignent que l’on peut continuer son étude (Beit Yossef). De toute façon, de l’avis de nombreux décisionnaires, même en un tel cas, il sera préférable d’interrompre son étude à la tombée de la nuit, afin d’accomplir la mitsva de recherche du ‘hamets en son temps (Michna Beroura 431, 11, Kaf Ha’haïm 23).

Quand un cours régulier de Torah se tient en public, il est cependant préférable de ne pas l’annuler. En effet, le maintien du cours n’entraînera pas l’annulation de la mitsva de rechercher le ‘hamets, puisque l’on pourra mener, même après le cours, cette recherche ; tandis que, si l’on annulait le cours, on perdrait le bénéfice d’un enseignement public de Torah (Choul’han ‘Aroukh Harav 431, 9). En ce cas, il sera bon que les participants se rappellent l’un à l’autre de se hâter de rechercher le ‘hamets à la fin du cours.

Ce contenu a été publié dans Chapitre 04 - Recherche du ‘hamets. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.