13. Echaudage des marmites

Lorsque, dans une marmite, on a fait cuire du ‘hamets, par exemple une soupe d’orge perlé, nous avons vu qu’il fallait, pour la cachériser à l’approche de Pessa’h, l’immerger dans l’eau bouillante : par l’eau bouillante qui l’entourera de toutes parts, le goût du ‘hamets en sera rejeté. Certes, en vertu du principe selon lequel le mode d’absorption détermine le mode d’expulsion, on devrait pouvoir, de prime abord, cachériser la marmite en y faisant bouillir de l’eau ; en effet, de même que le goût interdit aura été absorbé de cette façon, ainsi doit-il pouvoir être rejeté. Mais il est certain que, au cours de l’année, il a dû se produire que tel mets que l’on y a cuit a débordé, de sorte que le goût aura été également absorbé sur la bordure supérieure de la marmite ; or ce goût ne disparaîtra pas par l’effet de l’eau qui bouillira à l’intérieur de la marmite. Aussi la cachérisation de l’ustensile en vue de Pessa’h devra-t-elle se faire en l’immergeant au sein d’un grand chaudron plein d’eau bouillante.

Dans le cas où l’on ne peut trouver d’ustensile assez grand pour y immerger la marmite que l’on veut cachériser pour Pessa’h, les décisionnaires donnent pour directive de remplir celle-ci d’eau, que l’on portera à ébullition, et, parallèlement, de chauffer une pierre à blanc : quand l’eau sera bouillante, on y introduira la pierre chauffée à blanc, laquelle aura pour effet que beaucoup d’eau sortira et se déversera sur les côtés de la marmite, échaudant la bordure et la paroi extérieure. Tout cela n’est efficace que pour un ustensile dont la paroi extérieure a absorbé le goût du ‘hamets par l’effet d’un débordement de liquide. Par contre, si l’ustensile avait été introduit dans un autre ustensile, où il avait absorbé le goût, l’absorption aura eu lieu à l’intérieur d’un keli richon : en ce cas, l’échaudage par débordement ne sera pas efficace. Il faudra échauder tout l’ustensile en l’immergeant dans l’eau bouillante (Choul’han ‘Aroukh 452, 6, Michna Beroura 31).

Dans les cuisines domestiques, il est difficile de porter une pierre au rouge. Aussi peut-on conseiller, au lieu de cela, de faire bouillir de l’eau dans un petit ustensile ; puis, au moment où la grande marmite commencera à bouillir, on enfoncera quelque peu le petit ustensile au milieu de la marmite : ainsi, l’eau bouillante qui est en la grande marmite débordera et en échaudera la bordure ainsi que la paroi extérieure.

Dans de nombreuses marmites, on peut démonter les poignées. Il est juste de le faire et d’échauder également les poignées et les vis. Toutefois, si l’on n’a pas démonté les poignées, et que l’on ait nettoyé leur pourtour avec beaucoup de savon avant de les échauder, la marmite sera cachérisée.

Il existe un autre problème, que l’on rencontre dans de nombreuses marmites : la présence d’un repli à leurs extrémités et sur leur couvercle, où il arrive que des résidus alimentaires se logent. A priori, on a l’usage de passer au brûleur les extrémités de la marmite et son couvercle, afin de brûler les résidus alimentaires qui s’y trouvent. Mais il n’est pas nécessaire d’être pointilleux durant ce chauffage, car, après tous les rinçages et nettoyages au savon que cette marmite a subis, le goût des résidus est dénaturé, et ils ne seraient pas consommables par un chien, si bien qu’ils n’ont plus le statut de ‘hamets. En cas de nécessité, si l’on n’a pas de moyen de chauffer un peu à blanc les replis de la marmite, on pourra se contenter de l’échaudage, sans chauffer à blanc les extrémités[17].


[17]. Nous avons un jour examiné les replis d’une marmite : ce qui s’y trouvait était noirci, laid, et le goût en était extrêmement altéré. Aussi, même sans chauffage à blanc, il n’y a pas là d’interdit. De même, ce qui s’amasse près des poignées a un goût extrêmement dénaturé. Aussi, même quand on n’a pas démonté les poignées, l’échaudage reste valide. Pour plus de sûreté, il y a lieu de laver ces endroits avec beaucoup de savon.

Concernant l’échaudage d’une grande marmite qu’il n’est pas possible de cachériser dans une marmite plus grande : un décisionnaire conseille de provoquer le débordement de l’eau par le biais d’un jet d’eau bouillante fait à partir d’une bouilloire branchée à l’électricité. Mais le conseil que nous mentionnons plus haut est meilleur, car, en se déversant, l’eau refroidit quelque peu, tandis qu’avec notre méthode la petite marmite est entièrement bouillante, de sorte qu’elle constitue elle-même un keli richon, et se retrouve ensuite à l’intérieur d’un autre keli richon ; aussi n’y a-t-il là aucun refroidissement.

En matière d’ustensiles carnés et lactés : parfois, de la  sauce bouillante, provenant d’une marmite lactée, gicle sur une marmite carnée froide placée sur le gaz. Il s’agit donc d’un jet (‘érouï) qui fait pénétrer le goût du lait à la surface de l’ustensile carné, là où le contact s’est produit. Le mode de cachérisation est, semblablement, un jet d’eau bouillante. Puisqu’il s’agit d’une absorption très faible, on pourra y verser de l’eau bouillante en abondance, si bien qu’il se trouvera certainement un volume d’eau soixante fois supérieur à l’épaisseur de l’ustensile pris à l’endroit ayant reçu la projection de sauce. Par cela, la marmite sera cachérisée, sans qu’il soit besoin d’attendre vingt-quatre heures. Si l’on craint que le jet d’eau n’équivaille pas à soixante fois ce volume, on pourra mêler l’eau de savon liquide : de cette façon, le goût de l’eau sera altéré ; et, sans qu’elle soit en quantité soixante fois supérieure au volume de la partie de l’ustensile ayant reçu la projection, on pourra cachériser l’ustensile. Si la marmite [ayant reçu la projection] contenait un mets brûlant, elle doit être en tout état de cause cachérisée par immersion dans l’eau bouillante. Quant au mets qu’elle contient, il faut poser la question à son rabbin. En effet, une quantité de mets soixante fois supérieure à la quantité projetée suffit parfois ; mais il faut d’autres fois 3600 fois plus que la quantité projetée (60 x 60).

Ce contenu a été publié dans Chapitre 10 - Cachérisation des ustensiles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.