12 – Vêtements qu’il est permis de lessiver

Il est permis de lessiver à ‘Hol hamo’ed les vêtements qui se salissent constamment, tels que les vêtements de bébés et de petits enfants ; cela, afin de les en vêtir pendant la fête. En effet, si les sages ont interdit de lessiver des vêtements pendant la fête, c’est pour qu’on ait soin de le faire à l’approche de la fête, et qu’on ne repousse pas leur lavage à ‘Hol hamo’ed. En revanche, les sages n’ont pas interdit le lessivage de vêtements qui, même si on les lessive avant la fête, nécessiteront d’être relavés pendant celle-ci. Il n’est pas nécessaire de procéder discrètement pour une telle lessive, car tout le monde sait qu’il est permis de lessiver ces vêtements-là.

Néanmoins, il faut laver, avant la fête, tous les vêtements des bébés et des enfants ; et c’est seulement après qu’ils se seront servis de tous leurs vêtements propres qu’il sera permis de lessiver les vêtements nécessaires à la fête. S’il ne reste à un enfant aucune tenue propre pour la fête, il sera permis de lui en laver une, bien qu’il lui reste des vêtements propres de semaine. Il faut veiller à ne pas joindre à la lessive, outre les vêtements nécessaires à la fête, d’autres vêtements, nécessaires aux jours profanes qui suivront. Et si, avant la fête, on n’a pas lessivé tous les vêtements nécessaires, il faudra, de l’avis de nombreux auteurs, être rigoureux, et s’abstenir de les lessiver à ‘Hol hamo’ed, car on semblerait avoir planifié son travail pour la période festive. Cependant, en pratique, il ne faut pas pénaliser les enfants pour cela : a posteriori, il sera permis de lessiver, à ‘Hol hamo’ed, les vêtements qui n’avaient pas été lavés avant la fête, avec ceux qui se seront salis pendant celle-ci.

En général, les enfants à partir de l’âge de neuf ans ne se salissent plus ; il n’est donc pas permis de lessiver leurs vêtements à ‘Hol hamo’ed. Cependant, si un enfant se salit davantage, il sera permis de lessiver ses vêtements pour les besoins de la fête, même s’il a neuf ou dix ans.

S’agissant des serviettes à main, que l’on a l’habitude de changer chaque jour ou tous les deux jours, et des nappes qui se salissent constamment : si toutes sont salies, il sera permis de lessiver celles qui sont nécessaires à la fête (Choul’han ‘Aroukh 534, 1). La règle est la même s’agissant des chaussettes et des sous-vêtements, que l’on a l’usage de changer chaque jour en raison de la transpiration. Après s’être servi de tous les sous-vêtements propres, il sera permis de lessiver ceux qui sont nécessaires à la suite de la fête[7].


[7]. Dans les hôtels, on a l’usage de changer les draps et les serviettes tous les jours ; et si les clients exigent que l’on fasse de même pendant ‘Hol hamo’ed, faute de quoi ils auraient l’impression que l’endroit n’est pas assez propre, on sera autorisé à lessiver pour eux les draps et les serviettes usagés, puisqu’on a l’habitude de les changer chaque jour. Il n’y pas lieu d’exiger des propriétaires d’hôtels d’acheter une grande quantité de draps et de serviettes, afin qu’ils n’aient pas besoin de les lessiver à ‘Hol hamo’ed (cf. Chemirat Chabbat Kehilkhata 66, note 263). Cependant, a priori, il est préférable que les clients ne demandent pas qu’on change leurs draps et leurs serviettes chaque jour, cela afin de limiter les lessives nécessaires. Mais quand de nouveaux clients arrivent, il est évident qu’on doit changer leurs draps et serviettes.

Livres

Série Pniné Halakha 9 volumes
Commandez maintenant