09 – Privilégier Vatiqin quitte à prier seul, ou préférer prier en communauté ?

Les A’haronim sont partagés sur la question de savoir ce qui est le plus louable : prier solitairement à l’heure de Vatiqin, ou prier en communauté après l’heure de Vatiqin. Certains disent qu’il vaut mieux prier seul à l’heure de Vatiqin, dans la mesure où les sages louent celui qui prie à cette heure, et où ils déclarent que celui-là ne connaîtra point de dommage de la journée. D’autres disent qu’il est préférable de prier au sein d’un minyan, car la prière dite en minyan est certainement agréée. De plus, des doutes reposent sur la détermination précise de l’horaire de Vatiqin (comme nous l’avons vu au paragraphe 6) ; il n’est donc pas souhaitable qu’une qualification incertaine de Vatiqin repousse la prière collective. La consigne  donnée usuellement est de préférer la prière en minyan. Toutefois, celui qui a l’habitude de prier chaque jour à l’heure de Vatiqin en communauté et qui, pour une fois, ne peut se joindre à un minyan à cette heure, est autorisé à prier seul à l’heure de Vatiqin, ce jour-là, afin de ne pas déroger à sa coutume[11].

Celui qui se trouve face à deux possibilités, ou bien prier en minyan avant le lever du soleil – ce qui constitue un horaire de prière a posteriori –, ou bien prier seul à l’heure de Vatiqin, fera mieux, selon de nombreux avis, de prier seul à l’heure de Vatiqin. D’autres disent qu’il sera préférable de prier en communauté avant le lever du soleil, à condition de ne pas commencer les bénédictions du Chéma avant l’heure de michéyakir. En un tel cas, il y a lieu de consulter son Rav. Mais si le fait que plusieurs fidèles décident de prier seuls à Vatiqin entraînait l’annulation du minyan habituel, faute de fidèles en nombre suffisant pour constituer ce minyan, il serait préférable de prier en minyan avant le lever du soleil[12].


[11]. Pour le Mahari Schwartz, il vaut mieux prier à Vatiqin, et pour Rabbi Chelomo Kluger, dans Haelef lekha Chelomo, il est préférable de prier en minyan. Voir Yabia’ Omer, Ora’h ‘Haïm I 4,9 et Yalqout Yossef I p. 140, qui font dépendre la règle de la kavana: si l’on se concentre bien, on priera à Vatiqin ; sinon, il vaut mieux prier en minyan. L’auteur des responsa Peri Yits’haq écrit que, puisque nous avons des incertitudes sur le moment exact de Vatiqin (comme nous l’avons vu au § 6), il vaut mieux prier en communauté que selon un horaire de Vatiqin C’est cette dernière consigne que l’on a coutume de donner. Mais puisque certains décisionnaires ne partagent pas cette opinion, un particulier qui voudrait de temps en temps prier à Vatiqin serait autorisé à se fonder sur leur avis.

Selon le Béour Halakha 58, 1, ceux qui ont soin de prier chaque jour à l’heure de Vatiqin et en communauté sont autorisés, lorsqu’ils ne peuvent prendre part à un minyan à cette heure, à prier seuls. Le Halikhot Chelomo 5, 17 explique que, dans un tel cas, on est lié par une sorte de vœu, aussi bien à l’égard de la prière de Vatiqin qu’à l’égard de la prière en minyan ; aussi est-on autorisé à choisir quelle conduite adopter.

[12]. Nous avons vu au paragraphe 4, note 4 que, selon la majorité des décisionnaires – et le Choul’han ‘Aroukh 89, 1, suivi par le Michna Beroura 4, tranche en ce sens –, le temps qui précède le lever du soleil ne convient qu’a posteriori à la ‘Amida. De plus, nous avons vu en note 11 que, selon certains auteurs, même quand le minyan prie après le lever du soleil, il vaut mieux néanmoins prier à Vatiqin. Par conséquent, il apparaît que, selon la majorité des décisionnaires, la valeur de Vatiqin est telle qu’il vaut mieux prier seul à Vatiqin, et non avant le lever du soleil en communauté. C’est ce qu’écrivent le Avné Yachfé et le Yalqout Yossef I p.137.

Cependant, nous avons vu que, selon le Roch et Rabbénou Yerou’ham, l’heure de la ‘Amida a priori était celle de michéyakir. D’autre part, le Michna Beroura 89, 1 écrit, au sujet de ceux qui veillent pendant la nuit de Chavou’ot, qu’ils peuvent prier en minyan avant le lever du soleil. Quant au Yaskil Avdi et au Or lé-Tsion, ils écrivent qu’il est préférable de prier en minyan avant le lever du soleil, dans la mesure où il s’agit d’un cas de nécessité impérieuse, puisqu’on ne trouvera pas de minyan après cela. Et c’est aussi l’opinion du ‘Hazon Ich (rapportée dans Iché Israël 13, 6).

À notre humble avis, il est préférable de donner pour consigne générale de conserver la prière en minyan, car la prière en minyan est agréée, et grande est la capacité de la communauté à préserver la régularité de la prière. Pour celui qui veut, par piété, prier à Vatiqin – et seulement pour lui –, il se peut qu’il soit préférable de prier à Vatiqin ; mais pour les autres, il vaut mieux prier en minyan avant le lever du soleil.

À plus forte raison pour un petit village, où certains fidèles doivent se rendre tôt à leur travail, et où il est impossible de rassembler un minyan à partir du lever du soleil : il s’agit d’un cas de nécessité impérieuse et il faut donc fixer le minyan avant le lever du soleil. Même en ce qui concerne les particuliers qui seraient en mesure de prier seuls plus tard, il convient qu’ils s’associent au minyan avancé. (Toutefois, s’ils veulent se lever tôt pour compléter le minyan, répondre au Qaddich et à la Qédoucha, et prier ensuite seuls à l’heure de Vatiqin, ils y sont autorisés).

Ce contenu a été publié dans Chapitre 11 – Horaires de la lecture du Chéma et de la prière du matin. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.