03. Les Seli’hot, de nos jours

https://ph.yhb.org.il/fr/15-02-03/

De nos jours aussi, il faut se renforcer par la récitation des Seli’hot, car, après que Dieu nous a pris en pitié et a commencé de nous délivrer, par le rassemblement des exilés et le peuplement juif du pays, il nous revient d’éveiller plus encore notre âme à l’accomplissement de la téchouva, et de supplier l’Eternel d’avoir pitié de nous ; lui demander de continuer, dans sa grande miséricorde, à rassembler nos exilés, et à nous installer dans le pays qu’Il donna à nos ancêtres et à nous-mêmes ; qu’Il nous fasse revenir à Lui en une pleine téchouva, et que nous ayons le mérite de grandir au sein de la Torah, de nous sanctifier par les mitsvot, de reconstruire le Temple et d’éclairer le monde entier à la lumière de sa foi et de sa Torah.

À l’instar de notre situation présente, il y avait aussi, parmi ceux qui s’en revenaient de Babylonie à l’époque du premier retour à Sion, de difficiles problèmes spirituels. Mais grâce à leur repentir, ils eurent le mérite de voir construit le deuxième Temple, comme le dit Ezra le scribe. Celui-ci monta de Babylonie à la terre d’Israël, et constata que nombre de Juifs qui étaient demeurés dans le pays avaient pris des femmes étrangères, et que des princes ou des gouverneurs commettaient eux-mêmes ce péché :

Quand j’entendis cette chose-là, je déchirai mon vêtement et mon manteau, m’arrachai des cheveux de la tête et de la barbe, et m’assis, stupéfait. À moi se rassembla quiconque craignait les paroles du Dieu d’Israël, déplorant la trahison des fils de l’exil ; et je restai assis, stupéfait, jusqu’à l’offrande du soir. À l’heure de l’offrande du soir, je me relevai de ma mortification et, le vêtement et le manteau ainsi déchirés, je m’agenouillai et étendis les mains vers l’Eternel mon Dieu. Et je dis : « Mon Dieu, j’ai honte et suis confus d’élever, ô mon Dieu, la face vers Toi, car nos péchés se sont accrus au point de nous submerger, et notre culpabilité a atteint jusqu’au ciel. Depuis les jours de nos pères, nous sommes coupables, jusqu’à ce jour, et c’est à cause de nos péchés que nous fûmes livrés, nous, nos rois et nos prêtres, aux rois des nations, par l’épée, par la captivité, par le rapt et dans la honte comme en ce jour. Et maintenant, pour quelque instant, la pitié de l’Eternel notre Dieu s’est manifestée, afin de laisser subsister un reste d’entre nous, et de nous donner un point d’appui en son lieu saint, pour éclairer nos yeux, ô notre Dieu, et nous accorder quelque rétablissement en notre servitude. Car nous sommes asservis, mais dans notre servitude notre Dieu ne nous a pas abandonnés ; Il nous a concilié la grâce des rois de Perse, afin de nous restaurer, d’ériger la maison de notre Dieu, de relever ses ruines, et de nous donner une clôture en Judée et à Jérusalem. Et maintenant, que dirons-nous, ô notre Dieu, après cela ? Car nous avons abandonné tes commandements. (…) Après tout ce qui nous est advenu, à cause de nos mauvaises actions et de notre grande culpabilité – quoique Toi, notre Dieu, Tu nous aies préservés sous la mesure de nos iniquités, et que tu nous aies accordé une délivrance telle que celle-ci –, recommencerons-nous à violer tes commandements et à nous allier à des peuples adeptes de ces abominations ? Ne t’irriterais-tu pas contre nous, jusqu’à la destruction, sans laisser ni reste ni réchappés ? Eternel, Dieu d’Israël, Tu serais juste, car nous sommes restés des réchappés comme en ce jour, et nous apparaîtrions devant Toi dans notre culpabilité ; or on ne peut subsister devant Toi ainsi (Ezra 9, 3-15).

Le chagrin, le jeûne et la prière d’Ezra éveillèrent le peuple au repentir, comme il est dit :

Comme Ezra priait et se confessait, pleurant et se prosternant devant la maison de Dieu, une très nombreuse assemblée d’Israélites se joignit à lui, hommes, femmes et enfants ; car le peuple pleurait abondamment (ibid. 10, 1).

Alors les Israélites prirent sur eux l’alliance de l’Eternel, et ne gardèrent pas auprès d’eux celles des femmes et ceux des enfants qui ne voulaient point se convertir.

Ezra se leva et fit jurer aux chefs des prêtres descendants de Lévi et aux chefs de tout Israël d’agir de la sorte, et ils jurèrent (ibid. 10, 5).

Toutefois, comme de nombreux Israélites ne se repentirent pas alors, et ne revinrent pas au pays d’Israël, mais restèrent en Babylonie, la Présence divine ne vint pas s’établir sur le deuxième Temple comme elle résidait sur le premier ; de sorte que lui aussi fut détruit en raison des fautes.

Certes, il se trouve dans les Seli’hot des phrases qui conviennent à la période de l’exil, si bien qu’il est difficile à certaines personnes de s’identifier à elles. Selon ces personnes, il serait même à craindre qu’il n’y ait une part de mensonge à les prononcer. Toutefois, si l’on considère le peuple d’Israël comme peuple unitaire, vivant en toutes ses générations, de sorte que chacun d’entre nous est véritablement lié à tous les Juifs qui vécurent dans toutes les générations et dans tous les pays, nous pourrons dire ces passages en nous y identifiant profondément. Nous aussi étions avec nos ancêtres, qui vivaient en diaspora et souffrirent de redoutables épreuves, de dures humiliations, au point que notre espoir était presque perdu. Nous étions avec les saints et les suppliciés quand sévirent tous les décrets de persécution, dans les croisades et les caves de l’Inquisition, les massacres musulmans et les émeutes de 1648 en Ukraine (dits décrets de Ta’h et de Tat), et, dernière de toutes ces catastrophes, dans la terrifiante Choa, qui ne s’est achevée qu’il y a soixante-dix ans environ. Comment serions-nous assez insouciants pour affirmer que les Seli’hot ne nous concernent pas, alors que vivent encore des milliers de rescapés, qui connurent les camps d’extermination et les ghettos, et alors que le monde est encore plein de pervers, qui proclament haut et fort leur aspiration à poursuivre l’œuvre des nazis ? On peut donc encore réciter les supplications des Seli’hot en se sentant profondément concerné par ces paroles.

Ce contenu a été publié dans Chapitre 02 - Les Seli’hot et autres prières. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.