10. Veille de Roch hachana

https://ph.yhb.org.il/fr/15-02-10/

Comme nous l’avons vu au paragraphe précédent, à l’époque des Richonim, la majorité des Juifs prirent l’usage de jeûner à la veille de Roch hachana (Choul’han ‘Aroukh 581, 2 ; Michna Beroura 16). De nos jours, l’usage de la majorité d’Israël est de ne pas jeûner, et seul un petit nombre ajoute à sa pratique un supplément de perfection, en jeûnant jusqu’à ‘hatsot (midi solaire) ou jusqu’au plag hamin’ha (une heure solaire et quart avant la fin du jour). Certains ont coutume de racheter ce jeûne par un don de tsédaqa.

La coutume ashkénaze consiste à réciter de nombreuse Seli’hot, la veille de Roch hachana, davantage que les autres jours. Si l’on a commencé les Seli’hot avant l’aube, on dit la Néfilat apayim en conclusion des Seli’hot ; mais à Cha’harit, on ne dit pas la Néfilat apayim, car c’est veille de fête. Et si l’on a commencé les Seli’hot après l’aube, on ne dit pas la Néfilat apayim à la fin des Seli’hot (Michna Beroura 581, 23)[5].

La veille de Roch hachana, on ne sonne pas du chofar, afin de marquer une différence entre les sonneries facultatives du mois d’éloul et les sonneries obligatoires de Roch hachana (Choul’han ‘Aroukh 581, 3, Levouch). Certains auteurs interdisent même de s’entraîner, ce jour-là, à sonner du chofar en vue de Roch hachana ; mais en pratique, celui qui veut s’entraîner est autorisé à le faire dans une pièce fermée (Maguen Avraham 14, Elya Rabba 4, Michna Beroura 24).

Puisque Roch hachana est appelé miqra qodech (« convocation sainte », fête), il faut l’honorer comme on honore les Chabbat et les fêtes, et s’y préparer en nettoyant la maison, en lavant les vêtements, en se lavant soi-même, en cuisinant de bons mets et en dressant la table. Si l’on a besoin de se faire couper les cheveux ou de se raser, c’est une mitsva que de se préparer ainsi en l’honneur de la fête (Choul’han ‘Aroukh 581, 1 ; cf. ci-après, chap. 3 § 4).

On a coutume d’apprêter des mets particulièrement choisis, pour Roch hachana, et cela constitue un bon signe pour toute l’année, afin qu’elle soit bonne et abondante. Telle était la coutume ancestrale d’Israël que d’égorger des bêtes en nombre, à la veille de Roch hachana, en vue des repas de la fête, au point que ce jour fut considéré comme l’un des quatre jours pendant lesquels plus de bêtes étaient abattues que durant tout le reste de l’année. Il fallait donc avoir grand soin de ne pas tuer le même jour la mère et son petit (‘Houlin 83a).

Certains ont l’usage de s’immerger au miqvé (bain rituel), la veille de Roch hachana, pour se purifier à l’approche du jour du jugement (Rama 581, 4). Celui qui voudrait accomplir cette pieuse coutume, mais à qui il serait difficile d’aller au miqvé, pourra verser sur lui-même neuf qav d’eau, c’est-à-dire environ onze litres (Michna Beroura 26). On se tient alors debout dans sa douche, et l’on fait verser de l’eau sur soi, de manière continue, dans la mesure de neuf qav, en veillant bien que cette eau lave tout son corps (Pniné Halakha, Mo’adim 1 § 16, note 8[n]).

On a coutume, la veille de Roch Hachana, d’organiser une annulation des vœux (hatarat nédarim), et d’annoncer d’avance la nullité de ses vœux à venir (comme nous le verrons au chap. 5 § 11-12).


[5]. Certains ont coutume d’aller au cimetière, la veille de Roch hachana, et de donner de la tsédaqa aux pauvres (Rama 581, 4). Cela, afin que le mérite des justes qui sont enterrés là aide à l’acceptation de la prière. Simplement, celui qui se rend au cimetière doit avoir soin de ne pas demander aux morts de prier pour lui ; il s’adressera à Dieu seul en sa prière (Maharil, Maharal, Netiv Ha’avoda 12, ‘Hayé Adam 138, Michna Beroura 581, 27). Selon certains auteurs, il est permis de demander aux justes défunts d’intercéder en sa faveur auprès de Dieu (Peri Mégadim 581, Maharam Shik, Ora’h ‘Haïm 293). Il est bon que chacun poursuive la coutume de ses ancêtres. Selon le Rama, certains ont l’usage d’aller également au cimetière à la veille de Kipour (605, 1). Mais en pratique, presque personne n’a gardé cet usage, car la veille de Kipour possède une certaine dimension festive. Même la veille de Roch hachana, cette coutume n’est plus guère répandue.

[n]. À paraître sous le titre Fêtes et solennités juives, vol. 2.

Ce contenu a été publié dans Chapitre 02 - Les Seli’hot et autres prières. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.