04. Mouqtsé par valeur (mouqtsé me’hamat ‘hesron kis)

Les objets de valeur qui n’ont pas d’utilité pendant Chabbat, et que l’on a toujours soin de ne pas ôter de leur place à moins d’avoir à en faire un usage spécifique, cela afin qu’ils ne s’abîment ni ne se perdent, sont appelés mouqtsé par valeur (mouqtsé me’hamat ‘hesron kis, littéralement « mouqtsé en raison d’une perte financière »)[b]. Par exemple, les couteaux particuliers qu’utilisent les abatteurs rituels et les corroyeurs sont mouqtsé ; même si l’on souhaite seulement s’en servir pour couper ses aliments, il est interdit de les prendre (Chabbat 123b, 157a, Choul’han ‘Aroukh 308, 1).

Dans cette catégorie, nous trouvons : les instruments de musique, ordinateurs de poche, appareils photo, mixeurs, etc. Même pour les besoins d’une chose permise – par exemple poser l’objet sur les pages d’un livre afin qu’elles ne tournent pas au gré du vent –, il est interdit de les déplacer. De même, il est interdit, le Chabbat, de s’envelopper dans une étoffe précieuse destinée au travail de couture. En revanche, les ustensiles précieux que l’on a l’habitude d’utiliser pendant Chabbat ne sont pas mouqtsé : par exemple, une montre en or, des lunettes, une loupe de lecture.

Au titre du mouqtsé par valeur, nous trouvons encore : les billets de banque, documents commerciaux importants, cartes d’identité, cartes de crédit, timbres, parchemins de scribe (sofer), papiers à lettre particuliers, dont on a soin de ne pas se servir à d’autres usages (Chemirat Chabbat Kehilkhata 20, 20).

De même, une pendule murale, un tableau précieux, que l’on veille à ne pas déplacer sans raison de peur qu’ils ne s’abîment, sont mouqtsé par valeur (Michna Beroura 308, 168). Une grande armoire, que l’on a soin de ne pas déplacer sans raison de crainte qu’elle ne s’abîme, est également mouqtsé par valeur (Michna Beroura 308, 8). L’interdit porte sur le déplacement de l’armoire dans son ensemble ; en revanche, il est permis d’en ouvrir les portes et les tiroirs qui sont destinés à un usage permanent.

Les verres, assiettes ou vêtements destinés à la vente sont mouqtsé par valeur, car les commerçants veillent généralement à ce qu’il n’en soit pas fait usage. Mais quand un commerçant n’est pas pointilleux à ce sujet, les objets de ce type se trouvant dans son patrimoine ne sont pas mouqtsé. Les commerçants en alimentation n’ont pas l’usage de veiller de façon pointilleuse à ce que l’on ne mange pas de leur marchandise ; aussi, les articles qui sont dans leurs magasins et leurs dépôts ne sont-ils pas mouqtsé (Beit Yossef, Rama 308, 1, Michna Beroura 6-7, Choul’han ‘Aroukh 310, 2, Michna Beroura 4).


[b]. C’est-à-dire en raison de la perte financière qu’entraînerait leur endommagement ou leur perte.

Ce contenu a été publié dans Chapitre 23 - Le mouqtsé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.