05. Utilisation de l’électricité produite pendant Chabbat

https://ph.yhb.org.il/fr/01-17-05/

Il est indispensable de fournir de l’électricité à l’ensemble du territoire israélien, tous les jours de la semaine, y compris le Chabbat, et toute atteinte qui serait faite à l’approvisionnement en électricité mettrait en danger des vies humaines. En effet, dans les hôpitaux, de nombreux équipements médicaux dépendent de l’alimentation électrique. Même dans les maisons particulières, il peut y avoir des malades dont l’état présente un danger, qui ont besoin d’appareils électriques pour se maintenir en vie. De même, les forces de sécurité utilisent des appareils électriques pour remplir leur mission, et s’ils ne pouvaient en disposer, ils ne pourraient répondre convenablement aux situations d’urgence. De plus, à la saison froide, nombreux sont ceux qui réchauffent leur maison au moyen d’appareils électriques, et si l’approvisionnement électrique cessait, des bébés, des malades risqueraient d’être en danger. Même durant les jours de grande chaleur, il existe un certain danger pour des malades ayant besoin de climatisation. En outre, puisque l’on a de nos jours l’usage de stocker de la nourriture pendant de nombreux jours dans les réfrigérateurs et les congélateurs, les aliments risqueraient de s’abîmer si l’on coupait l’électricité ; sur une population nombreuse, un certain nombre de personnes contracteraient des intoxications stomacales, et se trouveraient en danger.

Par conséquent, la Compagnie d’électricité a l’obligation de fournir du courant, continument, pendant le Chabbat, et si une panne survient en quelque point du territoire, elle doit faire tout le nécessaire pour la réparer. Or puisqu’il est permis aux techniciens de faire les réparations nécessaires au fonctionnement du réseau électrique, il est permis à tous les autres Juifs de la zone desservie de profiter de l’électricité nouvellement produite pendant le Chabbat[d]. Si une coupure de courant a eu lieu dans une zone limitée, et que l’on sache avec certitude que le courant n’y est pas une nécessité vitale, il est interdit de réparer la panne pendant Chabbat ; et si des Juifs l’ont néanmoins réparée pendant Chabbat, il sera interdit de profiter de l’électricité jusqu’à l’écoulement d’une heure environ après la fin de Chabbat (Rav Auerbach cité par Chemirat Chabbat Kehilkhata 32, note 182 ; cf. infra chap. 26 § 6).

Malheureusement, on sait que des employés de la Compagnie d’électricité accomplissent, le Chabbat, des travaux qui ne sont pas strictement nécessaires à la continuité de l’approvisionnement en électricité, mais qui visent plutôt à limiter les dépenses de cette société. De plus, si ce service avait conscience de l’importance du Chabbat, il serait possible de faire fonctionner l’ensemble du réseau de production électrique de façon automatique, sans intervention humaine et sans dépenses supplémentaires. Ce n’est que pour répondre aux éventuels cas d’urgence que resteraient à leur poste des employés, chargés de vérifier le réseau et d’intervenir en cas de panne. Puisque l’on ne fait donc pas d’effort pour éviter l’exécution de travaux pendant Chabbat, plusieurs décisionnaires prescrivent d’agir avec rigueur, en n’utilisant pas, pendant Chabbat, l’électricité produite par la Compagnie d’électricité, afin de ne pas profiter d’actes de profanation du Chabbat, et afin de ne pas contribuer à cette profanation (cf. ‘Hazon Ich, Ora’h ‘Haïm 38, 4).

Mais en pratique, il est permis de profiter de l’électricité pendant Chabbat. Car bien qu’il eût été possible d’organiser le service, avant Chabbat, de façon à éviter une partie des opérations, les techniciens, au moment même où ils réalisent les actes nécessaires à l’approvisionnement électrique, ne profanent pas le Chabbat, puisque l’électricité est nécessaire à la vie quotidienne. Or par la même occasion, il est permis à toutes les autres personnes de profiter du courant. Certes, les techniciens exécutent d’autres travaux qui, eux, sont interdits, car ils ne visent qu’à réduire les dépenses de la Compagnie ; mais puisque les consommateurs d’électricité n’en tirent pas de profit, et que, de leur point de vue, il eût été préférable que ces opérations fussent accomplies automatiquement, il leur est permis de profiter de l’électricité pendant Chabbat (cf. Ha’hachmal Bahalakha II chap. 1, Menou’hat Ahava I 24, 1). Dernièrement, nous avons appris que des efforts étaient faits pour que le réseau fonctionne automatiquement, afin d’éviter la profanation du Chabbat.


[d]. En dehors d’Israël, c’est un personnel majoritairement non-juif qui travaille au fonctionnement des centrales électriques. La question soulevée ici touche donc les communautés d’Israël.

Ce contenu a été publié dans Chapitre 17 - Electricité et appareils électriques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.