08. Ouvrir un réfrigérateur, un four ; entrer dans une pièce climatisée

https://ph.yhb.org.il/fr/01-17-08/

Lorsque le fait d’ouvrir un réfrigérateur déclenche une activité électrique, il est interdit de l’ouvrir pendant Chabbat. Par exemple, dans la majorité des réfrigérateurs, il y a une ampoule électrique, qui s’allume quand on ouvre la porte. Si l’on ne l’a pas désactivée avant Chabbat, il est interdit d’ouvrir la porte du réfrigérateur pendant Chabbat. De même, dans certains réfrigérateurs, l’ouverture de la porte met en marche ou interrompt la fonction de ventilation, ou différents mécanismes électroniques ; il est donc également interdit d’ouvrir ces réfrigérateurs pendant Chabbat.

Mais si l’on a veillé à ce que l’ouverture du réfrigérateur ne provoque pas de mise en marche ni d’extinction, il est permis d’en ouvrir la porte pendant Chabbat. Certains décisionnaires, il est vrai, ne permettent d’ouvrir le réfrigérateur que lorsque son moteur fonctionne ; en revanche, s’il ne fonctionne pas pour le moment, il est interdit de l’ouvrir, selon eux, car cette ouverture entraînerait l’entrée d’air chaud dans le réfrigérateur ; or, puisque le moteur est commandé par un thermostat interne, l’ouverture du réfrigérateur risque de provoquer le déclenchement immédiat du moteur ou, à tout le moins, de rapprocher le moment de son déclenchement.

Cependant, en pratique, il est permis d’ouvrir le réfrigérateur, même quand le moteur n’est pas en train de fonctionner, car celui qui ouvre la porte du réfrigérateur n’a pas l’intention d’en activer le moteur, et il est également douteux que cette ouverture entraîne cette activation, car il se peut que le moteur soit, de toute manière, sur le point de fonctionner. De plus, même si l’ouverture entraîne l’activation du moteur, cela ne sera que de manière indirecte, ce que nous appelons grama ; en effet, l’ouverture de la porte, en elle-même, ne met pas en marche le moteur, mais se contente de causer l’entrée d’air chaud, et c’est cet air chaud qui, dans un second temps, influera sur la mise en marche du moteur. Il n’y a donc pas lieu de tenir compte d’une action indirecte, elle-même incertaine, que l’on provoque sans intention.

De même, il est permis de boire de l’eau froide tirée d’un distributeur d’eau (« fontaine à eau »), sans prêter attention au fait que le moteur réfrigérant est en fonctionnement ou non. Il est également permis d’entrer dans une pièce où fonctionne un climatiseur réfrigérant réglé par le biais d’un thermostat. Bien que l’ouverture de la porte risque d’entraîner la mise en marche du climatiseur, cela n’est pas interdit, car il n’est pas certain que l’ouverture de la porte entraînera cette mise en marche. Et même si elle l’entraînait, ce serait de façon indirecte, sur le mode de grama. Dans le même sens, il est permis d’ouvrir la porte ou la fenêtre d’une pièce dans laquelle fonctionne un climatiseur chauffant ou un radiateur dont on a réglé la chaleur à l’aide d’un thermostat, car, en ouvrant la porte ou la fenêtre, on n’a pas l’intention de les mettre en marche, et il n’est pas non plus certain que cette ouverture causera cette mise en marche ; si même elle la cause, ce sera sur le mode de grama.

Par contre, s’agissant d’un four de cuisson fonctionnant sur thermostat, de nombreux décisionnaires sont rigoureux, et interdisent de l’ouvrir tant que les éléments chauffants ne fonctionnent pas, car les dimensions du four sont petites, et son ouverture risque d’influer directement sur la mise en marche des éléments chauffants. C’est pourquoi on a créé des fours de cuisson dotés d’une position Chabbat, grâce à laquelle le four fonctionne à température constante, sans être influencé par le thermostat. Dès lors que ce type de four est en position Chabbat, tous les avis s’accordent à dire qu’il est permis de l’ouvrir sans contrainte[8].


[8]. Sur la notion de grama, cf. chap. 9 § 9, où l’on voit que certains auteurs permettent a priori la réalisation indirecte d’une mélakha, et que la majorité des décisionnaires le permettent uniquement en cas de nécessité pressante. Dans notre cas, où l’on n’a pas l’intention d’activer le moteur, cette activation est un cas de psiq reicha dela ni’ha leh (psiq reicha où la conséquence engendrée par l’acte n’apporte aucun bénéfice à son auteur) [cf. chap. 9, note 2]. Dans un tel cas, l’acte est permis, même en dehors d’une situation de nécessité pressante. À plus forte raison est-ce permis quand il est possible que le moteur, de lui-même, soit déjà sur le point de se mettre en marche, de façon que l’ouverture de la porte n’ait aucun effet. C’est ce qu’écrivent, en matière de réfrigérateur, le Rav Chelomo Zalman Auerbach dans Min’hat Chelomo I 10, le Yabia’ Omer I Ora’h ‘Haïm 21 et le Tsits Eliézer VIII 12.

 

Cependant, de nombreux auteurs recommandent d’être rigoureux, et de n’ouvrir le réfrigérateur que lorsque le moteur fonctionne, car alors l’ouverture de la porte ne peut provoquer son déclenchement, attendu qu’il fonctionne déjà. Quant au fait que, en raison de l’entrée d’air chaud dans le réfrigérateur, le moteur fonctionne plus longtemps, il n’y a pas là d’interdit (Har Tsvi, Ora’h ‘Haïm I 151, ‘Helqat Ya’aqov 3, 179). Mais en pratique, il est permis d’ouvrir le réfrigérateur sans attendre que le moteur fonctionne.

 

La règle applicable au réfrigérateur est plus indulgente que celle qui s’applique au four électrique, cela pour deux raisons : a) le four est de petites dimensions ; aussi, en ouvrant la porte du four, on provoque rapidement sa mise en marche ; il est donc quelque peu à craindre qu’il s’agisse, non d’un fait de grama, mais d’un déclenchement direct. Un réfrigérateur, en revanche, est grand, et l’ouverture de sa porte a une influence plus éloignée, si bien que l’on est assurément dans un cas de grama. b) Mettre en marche le moteur réfrigérant est, de l’avis de nombreux décisionnaires, un interdit rabbinique, car le moteur n’est pas doté d’un filament incandescent (cf. note 1) ; tandis qu’actionner un four, doté d’un élément chauffant, qui a la propriété d’être porté à incandescence, est chose interdite par la Torah, d’après tous les avis. Ainsi, le Chemirat Chabbat Kehilkhata 1, 35 (nouvelle édition) est rigoureux quant à l’ouverture de la porte d’un four de cuisson électrique, mais en matière de réfrigérateur, considère l’opinion indulgente. Quoi qu’il en soit, le Igrot Moché, Ora’h ‘Haïm IV 74, Bichoul 28 est indulgent quant à un four de cuisson électrique fonctionnant sur thermostat ; selon lui, il est permis d’en ouvrir la porte, même quand il n’est pas, pour le moment, en fonctionnement, car c’est, dit-il, un cas de psiq reicha douteux portant sur une règle rabbinique (puisque le déclenchement du chauffage est indirect).

 

Quant à l’ouverture de la porte d’une pièce où se trouve un radiateur ou un climatiseur, presque aucun décisionnaire ne l’interdit, car la distance est grande entre la porte et le climatiseur ou le radiateur, si bien que, de l’avis même des décisionnaires rigoureux, leur mise en marche serait considérée comme indirecte. Cf. supra, chap. 10 § 17.

Ce contenu a été publié dans Chapitre 17 - Electricité et appareils électriques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.