23. La Délivrance dépend de cette mitsva

Grande est la mitsva de croître et de multiplier, car, par elle, Israël fut délivré de l’Égypte, comme il est dit : « Or les enfants d’Israël fructifièrent, pullulèrent, multiplièrent et devinrent extrêmement puissants ; et le pays en fut rempli » (Ex 1, 7). Il est dit encore : « Et plus on l’opprimait, plus il multipliait et faisait brèche » (ibid. 12). Les maîtres enseignent qu’aucune génération d’Israël ne doit compter moins de soixante myriades ; aussi, ce n’est qu’une fois atteint ce nombre que les Hébreux devinrent un peuple, purent sortir d’Égypte et recevoir la Torah (Zohar, Ra’ya Méhemna III 216b, Tiféret Israël 29). S’ils ne s’étaient renforcés dans l’accomplissement de la mitsva, et qu’il leur eût manqué ne fût-ce qu’un seul Israélite, ils n’auraient pas eu le mérite de sortir d’Égypte, ni de recevoir la Torah (Dt Rabba 7, 8). Nos sages disent à ce propos : « Par le mérite des femmes justes qui vivaient en cette génération, Israël fut délivré d’Égypte » (Sota 11b) : en effet, par le mérite de leur effort à accomplir la mitsva, elles mirent sur pied « toutes ces légions » (Tan’houma, Péqoudé 9 ; cf. ci-dessus, chap. 1 § 8).

On se doit d’ajouter que, après la terrible Choa qui détruisit six millions des fils et filles de notre peuple, c’est une mitsva d’autant plus grande que de s’efforcer d’agrandir nos familles autant qu’il est possible, de « combler » tout le manque, afin que le peuple juif puisse réaliser sa destinée divine (cf. Na’hmanide sur Dt 30, 2).

Nos sages disent : « De même qu’Israël fut délivré de l’Égypte par le mérite de la procréation, de même sera-t-il délivré dans l’avenir par le mérite de la procréation. D’où tire-t-on cela ? Sache qu’il en est ainsi : Israël n’est point délivré qu’il ne croisse, multiplie, et emplisse le monde entier, comme il est dit : “Car de droite et de gauche tu te répandras ; ta descendance héritera de peuples, et elle repeuplera les villes désolées” (Is 54, 3) » (Elyahou Zouta 14).

Dans le même sens, Rabbi Assi a enseigné : « Le fils de David ne viendra que lorsque se seront incarnées toutes les âmes qui sont dans la réserve des âmes d’Israël, comme il est dit : “Car Je ne disputerai pas sans trêve, ni ne garderai une colère perpétuelle ; car c’est par Moi qu’environne l’esprit, et les âmes, Je les ai faites” (Is 57, 16) » (Yevamot 62a). Le sens midrachique de ce verset est qu’il existe un trésor des âmes de l’Assemblée d’Israël, et tout Juif qui naît révèle une étincelle de ce trésor. Même celui qui meurt tout de suite après sa naissance dévoile, dans le monde, quelque chose, et grâce à lui la Délivrance se rapproche. Aussi, même si, à Dieu ne plaise, le peuple juif ne faisait pas convenablement repentance, toutes les réparations spirituelles nécessaires s’additionneraient néanmoins les unes aux autres, du moment que toutes les âmes émanant du trésor s’incarneraient ; et le processus de la Délivrance avancerait, grâce à quoi Israël ferait repentance. Mais si Israël s’éveillait d’abord à la pleine repentance, l’Éternel hâterait notre Délivrance, et Israël mériterait que chaque femme eût davantage d’enfants (Tossephot sur Nida 13b, passage commençant par ‘Ad), et que chaque Juif révélât de plus nombreuses étincelles saintes. Par cela, toutes les âmes qui siègent dans les corps se réaliseraient pleinement, et la Délivrance adviendrait rapidement (Maharcha ad loc.).

Nous voyons donc que, par le biais de la mitsva de croître et de multiplier, on rapproche la Délivrance, et c’est par l’effet de sa bénédiction que la Délivrance s’accomplit, ainsi qu’il est dit : « Je rassemblerai le reste de mon troupeau, d’entre tous les pays où Je les ai relégués, et Je les rétablirai sur leur pâturage ; ils croîtront et multiplieront » (Jr 23, 3). De même, il est dit : « Quant à vous, montagnes d’Israël, vous donnerez vos branches, et vous porterez vos fruits pour mon peuple Israël, car ils sont près de venir. Car me voici allant vers vous, me tournant vers vous ; vous serez cultivés et ensemencés. Je multiplierai parmi vous la population, la maison d’Israël tout entière, et les villes seront repeuplées, et les ruines reconstruites. Je multiplierai parmi vous homme et bête, ils foisonneront et fructifieront ; Je vous édifierai comme en vos temps d’autrefois, Je vous ferai plus de bien qu’en vos commencements, et vous saurez que Je suis l’Éternel » (Ez 36, 8-11).

Il est dit également (ibid. 37-38) : « Ainsi parle l’Éternel-Dieu : “Ceci encore, il me sera demandé de le faire en faveur de la maison d’Israël : Je multiplierai l’homme comme un troupeau. Comme un troupeau de saintetés, comme le troupeau de Jérusalem en ses fêtes, ainsi les villes détruites seront remplies d’un troupeau humain ; et ils sauront que Je suis l’Éternel.” »

Ce contenu a été publié dans Chapitre 05 - Croissez et multipliez. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.