22. Règles de la hatmana (enfouissement)

Puisqu’il est interdit d’allumer un feu pendant Chabbat, il ne va pas de soi de conserver la chaleur des plats. De nos jours, nous utilisons la plata électrique, qui résout le problème ; mais à l’époque de nos sages, de mémoire bénie, il était plus difficile de conserver la chaleur des mets. L’une des techniques utilisées était de placer la casserole contenant des aliments cuits dans un réchaud ou dans un four (cf. § 14-15). La seconde méthode était d’enfouir la casserole dans de la laine ou une autre matière propre à en conserver la chaleur.

Cependant, nos sages ont décrété deux interdits en matière d’enfouissement (hatmana) : l’un concerne la veille de Chabbat, l’autre le Chabbat lui-même. En premier lieu, il est interdit d’enfouir le plat dans une chose qui « ajoute à la vapeur » (mossif hével), c’est-à-dire qui ajoute à la chaleur. Cet interdit s’applique même avant l’entrée de Chabbat. En second lieu, il est interdit d’enfouir, pendant Chabbat, des aliments chauds, même dans une chose qui n’ajoute pas à la chaleur.

Précisons davantage. Certaines matières se caractérisent par une effervescence interne et produisent de la chaleur : ainsi des résidus d’olive, ou de la paille. Les sages ont donc craint que, si l’on enfouissait des plats, la veille du Chabbat, dans de telles matières qui ajoutent à la chaleur, certaines personnes ne se trompent, et n’enfouissent aussi leurs plats, la veille de Chabbat, dans des braises ; puis ils en viendraient à remuer les braises, ce qui est interdit au titre de l’allumage du feu (mav’ir). Aussi nos sages ont-ils interdit d’enfouir les plats, la veille de Chabbat, dans des matières qui ajoutent à la chaleur.

S’agissant de matières qui n’ajoutent pas à la chaleur, mais se bornent à conserver la chaleur, telles que les vêtements, serviettes et couvertures, il est permis d’y enfouir des plats, à la condition que l’opération se fasse avant l’entrée de Chabbat. En revanche, le Chabbat, nos sages interdisent d’enfouir un plat chaud, même dans des matières qui n’ajoutent pas à la chaleur. En effet, s’il était permis d’enfouir un plat pendant Chabbat, il serait à craindre que certaines personnes n’en vinssent à réchauffer préalablement le plat sur le feu, et ne transgressassent l’interdit d’allumage et de cuisson (Choul’han ‘Aroukh 257, 1-3).

Quand une marmite a été enfouie, la veille de Chabbat, dans une matière qui n’ajoute pas à la chaleur, il est permis d’améliorer l’enfouissement en ajoutant d’autres couvertures pendant Chabbat. De même, il est permis de changer les couvertures dans lesquelles le plat est enfoui. Si la couverture dans laquelle la marmite était enfouie est tombée, il est permis de l’y remettre : puisque la marmite y était enfouie à l’entrée de Chabbat, il n’est pas interdit d’en améliorer l’enfouissement (Choul’han ‘Aroukh 257, 4).

Il est permis de remplir d’eau chaude, pendant Chabbat, une bouteille Thermos : cela n’est pas considéré comme un acte de hatmana exécuté pendant Chabbat. En effet, introduire un corps chaud dans un récipient n’est pas considéré comme un acte de hatmana. De même il est permis, à la veille de Chabbat, de mettre dans une marmite de cholent ou de tafina un sachet de riz ou de quelque autre aliment que l’on ne veut pas voir se mélanger aux autres ingrédients du plat chaud. En effet, enfouir un aliment dans un autre aliment n’est pas considéré comme un acte de hatmana[25].


[25]. C’est l’opinion du Rav Chelomo Zalman Auerbach (Chemirat Chabbat Kehilkhata 2, 42, note 242), du Or lé-Tsion (II 18, 3) et du Rav Ovadia Yossef (Halikhot ‘Olam 4, Bo 13). Certes, le Chemirat Chabbat Kehilkhata lui-même est rigoureux (42, 63), ainsi que le Menou’hat Ahava (I 3, 27) et le Chévet Halévi (III 47). Mais les arguments en faveur de l’autorisation sont convaincants, et en cas de doute portant sur une règle rabbinique, on est indulgent. En ce qui concerne le fait de remplir d’eau chaude une bouteille Thermos, il faut ajouter un argument en faveur de l’autorisation : l’interdit d’enfouissement ne s’applique pas à un keli chéni (Chemirat Chabbat Kehilkhata 1, 83).

Ce contenu a été publié dans Chapitre 10 - Cuisson (bichoul). Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.